Harry sans Famille

Tout commence quand les parents d'Harry Potter sont tués, laissant le petit orphelin doué de pouvoirs magiques à sa tante aux dents de cheval. Le premier croquis de famille que nous avons dans les premiers chapitres du premier tome a un goût de mépris et d'injustice. La tante et l'oncle de Harry représentent la seule figure familiale du protagoniste et pourtant, l'image que nous dépeint J.K. Rowling est loin du cadre chaleureux d'un foyer idéal. Non seulement le bébé perd ses parents mais en plus, il va devoir vivre tous les jours de son enfance chez des êtres sans aucune empathie. Jaloux, cyniques, tortionnaires, Pétunia, Vernon et Dudley font vivre un véritable enfer à Harry. Leur peur que les voisins apprennent que Harry n'est pas « normal » les terrifient et ils mettent tout en œuvre pour cacher cette tare. Ils n'hésitent pas à priver Harry de nourriture, à l'enfermer dans un placard sous l'escalier, lui font faire leur taches ménagères, etc. Un elfe de maison serait mieux traité (cela dépend bien sûr de la famille). Mais s'ils traitent Harry avec tant de mépris, cela ne les empêchent pas de s'aimer entre eux. Pétunia et Vernon montrent une réelle adoration pour leur fils grassouillet. On suppose que Dudlinouchet aime aussi ses parents, même si rien ne nous le prouve. Il s'agit donc du premier cercle familial présenté et qui n’apparaît pas sous son meilleur jour. Ayant vécu dans cette ambiance pendant onze longues années, Harry est surpris de découvrir la famille Weasley quelques temps après.

Le schéma familial des Weasley est totalement opposé à celui des Dursley. En effet, première différence fondamentale, c'est que les Weasley s'aiment et aiment leur prochain. Ils acceptent Harry dans leur cercle, au point où Molly, la mère, considère l'orphelin comme l'un de ses enfants. D'ailleurs dans la Coupe de feu, c'est elle et son fils Bill qui sont présents et font office de parents lors de la dernière journée du tournoi des trois sorciers. Harry , qui ne fait pas partie de cette fratrie biologiquement parlant est absorbé dans ce qui semble être un schéma familial classique. Bien entendu, chaque famille est différente, mais le protagoniste n'ayant jamais eu de rapport autre que conflictuel avec un parent, est confronté à ce qui s'apparente le plus à une mère, à un père et surtout à des frères et sœur. Il trouve une vraie famille de cœur qu'il préfère sans équivoque à sa famille de sang.

Autre schéma familial différent des autres est celui de la famille Malfoy. Même si on sait peu de choses sur leur vie de famille, on peut sans peur affirmer qu'ils s'aiment, malgré le fait qu'ils appartiennent au côté des forces obscures. On peut être un vilain et aimer sa progéniture. De même que pour sauver son fils, la mère de Drago Malfoy, Narcissa fait croire au Seigneur des ténèbres que Harry est mort dans cette fameuse scène du sacrifice dans la forêt interdite. Son amour de mère passe avant sa loyauté envers Voldemort, qui d'ailleurs a commencé à se craquelé depuis qu'il a utilisé Drago sans vergogne, afin d'atteindre Dumbledore. L'amour maternel passe avant toute chose. C'est bien cela qui sauve Harry bébé contre l'Avada Kedavra et c'est ce qui le sauve lorsque de Narcissa préfère mentir, pour sauver son propre fils.

La figure du père est elle aussi à nuancer dans l'univers d'Harry Potter. Il y a différentes sortes de paternels : Présent (M. Weasley, Lucius Malfoy,M. Diggory), absent ( James Potter, Tom Jedusor senior, Frank Londubat, etc), monoparental ( Xenophilius Lovegood, M, Hagrid), ou de substitution ( Sirius Black, Remus Lupin, Harry Potter). Toutes ont leur influence sur le caractère de l'enfant et sur ses actions. Par exemple, Neville qui a été élevé par sa grand-mère n'a aucune confiance en lui, car cette dernière lui met trop de pression par rapport au courage qu'avaient ses parents. Drago Malfoy est un être méprisant, sûr de lui, qui fanfaronne et qui se croit supérieur aux autres, tout comme son père. Hagrid, élevé par son père sorcier n'a hérité d'aucun trait de géant, excepté les caractéristiques physiques. Tom Jedusor junior a tué son père Tom Jedusor senior car il ne supportait pas qu'il soit un Moldu. La figure du père reste un élément fondamental à la construction du personnage et entraîne la plupart de ses actions et pensées.

La famille dans le monde d'Harry Potter est donc une famille malmenée. Elle est tantôt soudée, tantôt infernale, tantôt inexistante ou fantasmée. Si Harry découvre ses parents dans le miroir du Rised, ce n'est pas pour rien. Petit garçon, il a besoin de connaître ses origines pour se construire, surtout en cette période de chamboulements. Il va donc choisir sa famille de cœur afin de substituer ses parents. Chacun a besoin de racines avec lesquelles puiser ce qui nous fera grandir. Harry a décidé que ses amis seraient sa famille et a pu construire la sienne une fois adulte, même si son rôle de père semble compliqué. Mais ça, c'est une autre histoire.

Vanessa, LeDortdebout.
le 9 avril 2017

 
compteur de visite pour site