Premier baiser


Pour faire suite à mon précédent article (Retourneurs de temps et couches culottes), j'ai pensé continuer dans l’esprit et vous raconter une nouvelle anecdote gênante divertissante de ma propre vie. Autocentrée moi ? Si peu. Attention lecteur, le récit des événements qui vont suivre pourrait te choquer, voire t’écœurer. Tu es prévenu.

Précédemment donc, j'ai fait référence à Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban. Dans la saga, c'est je pense mon livre préféré (avec L'Ordre du Phénix, bigup les potes rédacteurs #lol #peace #coeur), ainsi que mon film préféré. La rencontre avec Sirius, le parrain d'Harry, Lupin le Loup-garou, la carte du Maraudeur, Hagrid et Buck… sont autant de références qui, selon moi, font la richesse de ce troisième opus.

J'actionne donc mon fameux retourneur de temps pour revenir en 2004, peu de temps après la sortie au cinéma du 3 ème film. Pour vous situer un peu, je suis à l'époque une adolescente typique-mes excuses aux possibles jeunes gens passant par là- : ingrate, atteinte de débilité aiguë, aux préoccupations limitées, le rire ressemblant aux cris d'une dinde sur le point de décéder. Rien d'anormal en somme.( Pas de panique, ça s'arrange...un peu.)

Je ne me rappelle plus comment, mais mon père, faisant preuve d'une gentillesse excessive à mon endroit (relire paragraphe précédent si besoin), me fait cadeau d'une affiche du film grandeur nature qu'il a déniché quelques mois après la sortie dans un cinéma du coin.


Légende avérée pour l'époque : « Tout va changer », et « encore heureux », j'ajouterais.

Je me suis donc empressée lui trouver une place sur un des murs de ma chambre en grommelant un remerciement à destination de mon paternel. Il trônera environ 4 ans sur ce mur, précieux témoin de ces années magiques (#rirejaune).

Saut dans le temps en 2008, pour l'anniversaire d'un bon ami, lui même passionné-quoiqu'un peu moins assumé-de cet univers. Je me creuse la cervelle pour lui trouver un cadeau, et finalement, je me dis que lui offrir l'affiche fera sûrement son petit effet (il faut préciser que l'affiche est vraiment grande et que le portrait de Mr Potter est en pied). Et puis c'est aussi une sorte de passage de relais, d'un fan à un autre. Comme prévu, le cadeau lui fait plaisir (et un peu honte aussi, ce qui n'est pas pour me déplaire). Les remarques et anecdotes fusent, entre celui qui se moque un peu de la référence, celle qui cite ses passages préférés du livre… et celui qui remarque les traces sombres et collantes autour de la bouche du Harry en papier.

Et à moi de me remémorer avec effroi au même moment les sessions de roulages de patin avec mon « Harry Potter en carton », quelques années auparavant. Mon sang se glace, ma gorge se noue, mes joues picotent et deviennent plus rouge qu'une tomate mûre. Une image me revient par flash : moi, embrassant le mur avec passion dans l'intimité de ma chambre d'ado. Le mur, littéralement. Évidemment, pas besoin d'être un génie pour faire la déduction entre tâches collantes de gloss (couleur framboise et paillettes s'il vous plaît), localisation desdites tâches et ma soudaine fuite aux WC. S'en est suivi une soirée de franche rigolade pour tout le monde, ou presque. Après être sortie de ma « cachette », j'ai assumé à demi-mots en essayant de faire tomber une amie avec moi dans ma chute vertigineuse vers les abîmes de « trop-la-teuhon ». Je n'étais pas seule et c'était pour de rire, vous m'avez pris pour une attardée ou quoi ?.. Oui ? Bon.

Je ne sais pas trop ce qu'est devenue l'affiche, mais je sais que cette anecdote remonte fréquemment à la surface de nos mémoires, et voilà que j'enfonce le clou en la racontant à des inconnus sur Internet. Mais maintenant, la honte passée, j'assume et revendique même la chose ! Mon premier baiser fut échangé à mes 13 ans avec le célèbre Harry Potter, et, en fond, un Ron interloqué et une Hermione jalouse nous observait…

...je retourne aux WC.

Margaux - Gomaraudeur
le 15 Avril 2017

 
compteur de visite