Pottermore en Bref: Le dilemme du Choixpeau

 

– Le texte ci-dessous est une reprise de l’article « Hogwarts students who could have been sorted into different houses » publié sur Pottermore. Sa traduction est approximative et je me suis accordée une grande liberté dans sa rédaction. Je vous souhaite une bonne lecture et j’espère de belles découvertes ! Lyne –

 

 



 

Les élèves ont-ils été répartis dans la bonne Maison ?

Dans cet article posté en février, Pottermore met à l’honneur notre bon vieux choixpeau magique en discutant autour du système de répartition à Poudlard.
Comme la grande majorité d’entre nous, vous devez surement penser que seul le choixpeau à la pouvoir de choisir votre Maison. Et vous avez certainement raison même s’il existe toujours des exceptions pour confirmer la règle (bonjour Monsieur Potter !).
Bien entendu, même chez les élèves les plus complexes à décrypter, le choixpeau analyse chaque cas avec logique et sagesse. Le moindre trait de caractère enfoui au plus profond de vous ne lui échappera pas, et cela plus particulièrement si vous-même, vous en n’avez pas encore idée (bonjour Monsieur Londubat !).
Cependant, il n’est pas rare qu’un sorcier possède les caractéristiques de différentes Maisons. Depuis quand une personne ne peut être pas intelligente, ambitieuse, travailleuse et courageuse en même temps ?
Ainsi découvrons ensemble certains élèves de Poudlard qui aurait pu définitivement appartenir à une autre Maison.

Hermione Granger

Répartir Hermione a été une tâche très complexe pour le choixpeau. Il a prit plus de cinq minutes pour prendre sa décision ! Chose très rare pour lui. Sans surprise, les deux Maisons en compétition furent Serdaigle et Gryffondor (tout comme le professeur McGonagall au passage !). Évidemment les valeurs portées par Serdaigle correspondaient parfaitement à l’esprit érudit de Hermione.
Prenez son épouvantard : « le professeur McGonagall en train de lui dire qu’elle a échoué à ses examens. »
Ainsi pourquoi Hermione, « la sorcière la plus brillante de son âge » a t-elle finit à Gryffondor ?

Il semble que le Choixpeau ait décidé de passer sous silence les prouesses académiques de la sorcière pour valoriser le feu intense qui brûlait en elle. Nous avons tendance à la mettre en perspective avec Harry Potter, mais ce n’est pas parce que son courage se fait plus discret que le sien, qu’elle en est dépourvue. Quand on y repense, Hermione a rarement hésité à intervenir dans les situations dangereuses. En particulier dans le dernier volet de Harry Potter au cours duquel Hermione a tenu bon face au stress et à la torture (bonjour Madame Lestrange !). Quelle autre sorcière aurait pu tenir le coup dans cette quête non planifiée pour trouver les horcruxes ? Elle a été même assez courageuse pour effacer la mémoire de ses propres parents afin de les protéger sachant pertinemment qu’ils risquaient de ne plus jamais la reconnaître.
L’intelligence de Hermione est admirable mais comme elle le dit si bien : « J’ai tout appris dans les livres. Mais il y a des choses beaucoup plus importantes, le courage, l’amitié ».

Ron Weasley

Être le meilleur ami de Harry Potter, cela devait nécessiter beaucoup de courage. Le choixpeau magique ne s’est donc pas trompé en envoyant le dernier des fils Weasley à Gryffondor comme tous les autres membres de sa famille.
Mais il n’est pas sans oublier les paroles du vieux Choixpeau décrivant les Lions comme des sorciers «audacieux, nerveux et chevaleresque ». Et en y regardant de plus prêt, Ron est terrifié à la simple idée de savoir une simple araignée dans la même pièce que lui et son audace n’a rien de très impressionnant tandis que les qualités portées par les Poufsouffle lui correspondent davantage. Les Jaunes et Noirs sont loyaux, juste et vrais, tout comme Ron. Et si Ron avait été légèrement plus travailleur (les Poufsouffle valorisant les bûcheurs), peut-être aurait-il été réparti chez eux.

Mais il ne fait aucun doute que Ron soit un véritable Gryffondor. Ses grands moments de bravoure en sont la preuve. En effet, il faut beaucoup de courage pour risquer sa vie dès la première année à Poudlard lors d’une partie d’échec grandeur nature. Il faut beaucoup de courage pour se rendre à Poudlard en volant à bord d’une Ford Anglia. Sans oublier, qu’il a toujours suivi Harry dans ses dangereuses missions et cela en dépit de ses peurs.

« Le courage n’est pas l’absence de peur. Le courage c’est d’avoir peur et d’être en mesure de la vaincre » disait Nelson Mandela.

Et même si Ron a tendance à se laisser envahir par ses doutes et ses craintes, comme quand il décide de quitter Harry et Hermione dans le dernier tome de la saga, quelque chose en lui le fait revenir (bien entendu, par le biais d’un petit coup de pouce de la part d’Albus Dumbledore et son illuminateur mais aussi un peu grâce à son esprit digne d’un Gryffondor).

Neville Londubat

Bien avant de se rendre à Poudlard, Neville ne souhaitait pas être réparti à Gryffondor. La réputation des Lions comme des êtres braves et courageux l’intimidait au plus au point. Il aurait nettement préféré rejoindre la table des Poufsouffle. Ce qui n’est pas très étonnant finalement.
Après tout, ces premières années à Poudlard l’ont bien démontré : personnage maladroit, distrait, tête en l’air. Il aurait très bien réussi à s’intégrer chez les Poufsouffle (même si finalement il n’a jamais été un très grand travailleur).

Au début, Neville se sentait perplexe et ne cessait de se demander la raison pour laquelle le vieux choixpeau l’avait envoyé chez les Gryffondor. Mais ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que le choixpeau prend ses décisions avec sagesse et qu’il avait perçu chez Neville un courage que lui-même ne soupçonnait pas.
Car c’est facile d’être courageux quand on nait pour jouer le héros (bonjour Harry !) mais le vrai courage est celui d’affronter ses peurs et de les surmonter. Et nous avons pu le constater dans le dernier tome de la saga quand Neville a tenu tête à Lord Voldemort ou quand il a tué Nagini son serpent. Sans lui, le monde des sorciers n’aurait peut-être jamais été sauvé.

Harry Potter

Il s’en est fallu de peu avant que Harry soit réparti chez les Serpentard. Heureusement pour lui, sa force de persuasion a convaincu le vieux choixpeau qui a décidé de l’envoyer chez les Gryffondor.
Cependant, son intervention au cours de la cérémonie de répartition hantera notre héros à de très nombreuses reprises notamment dans la Chambre des Secrets où les rumeurs ont tendu à le faire passer pour l’héritier de Serpentard. Et la faculté de parler aux serpents ne l’a pas aidé à croire au contraire.

Mais Harry est-il réellement un Serpentard ? Ou le choixpeau ne faisait-il pas que ressentir le fragment d’âme de Voldemort en lui ? Après tout, Harry a bel et bien été un Horcruxe créé involontairement par le Seigneur des Ténèbres, expliquant ainsi sa faculté à parler Fourchelang.
Et bien que l’apparition de l’épée de Gryffondor dans la Chambre des Secrets a semblé témoigner de sa véritable appartenance à la Maison des Courageux, de nombreux traits de caractères le rapprochent des Serpentard. Il est ambitieux et rusé, ne respecte jamais le couvre-feu et ne cesse de faire des plans avec Ron et Hermione qui ne respectent jamais en rien le règlement. Même ses yeux verts correspondent aux couleurs des Serpentard. Ainsi se pose la question : sans l’implication de Voldemort dans la vie de Harry, le choixpeau aurait-il envoyé le jeune Potter à Gryffondor ?

Peter Pettigrew

Peter Pettigrew est sûrement la décision la plus douteuse clamée par le choixpeau et qui a suscité de nombreuses controverses. Partagé entre Serpentard et Gryffondor, le temps prit par le choixpeau pour prendre sa décision fût interminable. Et le choix final a finalement été perçu comme une erreur catastrophique.
Bien que Pettigrew ait su s’adapter aux Gryffondor notamment en rejoignant la bande à James Potter, sa nature propre ressemblait davantage celle d’un Serpentard et cela tout spécialement quand des années plus tard, il a simulé sa propre mort. Un acte non courageux mais indiscutablement rusé : les attributs classiques des Serpentard.

D’après JK Rowling, le choixpeau magique est têtu et ne reconnaîtra jamais avoir fait une erreur. Il défendra même sa décision en rappelant son bref moment de miséricorde à l’égard de Harry dans le manoir des Malefoy au cours duquel sa main en argent donné par Voldemort, se retournera contre lui. Mais la mort ambiguë de Pettigrew remet cette défense en cause.

Ainsi, répartir les élèves de Poudlard est l’un d’être une tâche facile. Et bien que la plupart du temps, les décisions prises par le Choixpeau Magique se révèlent être les bonnes, des exceptions viennent parfois faire de l’ombre au tableau comme ça a été le cas avec Peter Pettigrew.

Lyne
le 17 Mars 2018

Laisser un commentaire

Fermer le menu